Résolution de 2015 : guérir le VIH

Avez-vous une nouvelle résolution pour 2015? À côté des grands classiques que vous avez certainement entendus : manger mieux, aller au gym, arrêter de fumer, il y a parfois de belles surprises, comme s’essayer à voir toutes les pleines lunes de l’année ou envoyer une carte postale à un ami d’enfance. Et parmi toutes ces résolutions, certaines farfelues, d’autres sérieuses, d’éminents chercheurs de Montréal et d’ailleurs au Canada ont présenté à plusieurs membres de leurs communautés respectives leur résolution pour les années à venir : faire avancer la recherche en vue d’une guérison du VIH.

Une guérison du VIH, ça ressemblerait à quoi?

La combinaison de drogues antivirales empêchant la réplication du VIH est une approche qui limite efficacement sa progression chez la plupart des personnes séropositives, mais qui ne guérit pas du VIH. En effet, malgré ce traitement, le virus peut tout de même se cacher indéfiniment sous une forme inactive dans certaines cellules de l’individu et les effets néfastes réapparaissent fréquemment si la médicamentation est interrompue. Ce « réservoir » latent qui persiste dans l’organisme représente le principal obstacle empêchant de guérir le VIH. Ainsi, une guérison permettrait soit d’éliminer complètement le réservoir viral ou soit de l’atténuer suffisamment chez la personne vivant avec le VIH afin de cesser la progression et éviter la prise d’antirétroviraux.

Voici deux équipes canadiennes qui travaillent en ce moment sur une guérison du VIH : CanCURE et EPIC4

CanCURE, le Consortium canadien de recherche sur la guérison du VIH, regroupe 26 chercheurs aux expertises variées en matière de recherche sur le VIH/sida, ainsi qu’un agent de liaison communautaire. En étudiant les mécanismes de persistance du VIH, ce programme scientifique interactif et multidisciplinaire a pour objectif de mettre au point de nouvelles thérapies efficaces en vue d’une guérison.

L’étude EPIC4 (Early Pediatric Initiation-Canada Child Cure Cohort Study), quant à elle, est le résultat de la collaboration entre 38 chercheurs et médecins et s’est donnée pour mission de déterminer si une rémission à long terme du VIH transmis à la naissance est possible avec un traitement par thérapie combinée rapidement débuté après la naissance de l’enfant. Pour les enfants et adolescents vivant avec le VIH, une rémission voudrait dire la possibilité d’avoir une vie normale, comme les autres jeunes de leur âge.

Sensibiliser et impliquer les membres de la communauté

Aux rencontres organisées à Montréal et Toronto, plusieurs participants ont pu évoquer leurs espoirs et leurs attentes en lien avec la recherche d’une guérison. Et pour vous, une guérison du VIH, ça évoque quoi? Vous voulez en savoir plus et vous impliquer davantage dans ces grands projets de recherche, contactez-nous!

Aurélie Hot, COCQ-SIDA

Sébastien Sabbagh, gestionnaire de projet pour CanCURE

Audrée Janelle-Montcalm, coordonnatrice de recherche pour l’étude EPIC 4


CanCURE est dirigé par le Dr Éric A. Cohen de l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM).EPIC4 est sous la direction de Dr Hugo Soudeyns du CHU Sainte-Justine. Ces équipes de recherche sont soutenues par l’Initiative canadienne de recherche sur un remède contre le VIH, créée par l’entremise d’un partenariat entre les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), la Fondation canadienne de recherche sur le sida (CANFAR) et l’International AIDS Society (IAS).

Comments (2)

Juan

Déc 19, 2018 at 3:12

Felicitations

Reply

Michel Morin

Jan 27, 2015 at 10:51

Il est toujours encourageant de constater que les personnes engagées dans la recherche ne semblent pas avoir l’intention de baisser les bras concernant la lutte contre le VIH. Bref, que l’on parle de cure ou de rémission, plusieurs pistes sont très prometteuses. Une excellente nouvelle pour débuter 2015 du bon pied!

Michel Morin

Reply

Leave a comment