Je suis séropo : quelle aventure !

En septembre 2012, des personnes vivant avec le VIH, des représentants des organismes ACCM, BLITSBRAS-Outaouais, MIELS-Québec et Sidaction Mauricie, ma collègue Corinne et moi embarquions dans une aventure extraordinaire. Une aventure qui me causa forte angoisse, maux de tête et remise en question. Nous jouions gros ! Je considérais que nous jouions gros : rendre publiques des personnes vivant avec le VIH à travers une campagne de sensibilisation promue par le web et des conférences de presse à travers le Québec. Plus précisément quatre conférences de presse, à Montréal, Québec, Gatineau et Trois-Rivières. Tout au long du processus, je ne cessais de me questionner sur le sort que les médias et le public pourraient réserver aux porte-parole. J’avais beau essayer de me raisonner en me disant que les médias sont rarement malveillants face à des témoins relatant leur vécu avec le VIH, mais rien n’y faisait, le stress et l’angoisse étaient toujours au rendez-vous.

Il y a cinq porte-parole de la campagne Je suis séropo. Mon objectif était de deux. Je ne croyais pas en avoir autant, mais cela ne suffit pas à diminuer mes angoisses. Cinq porte-parole extraordinaires, articulés, bien dans leur peau, heureux m’avancerais-je à dire. Cinq porte-parole informés, conscients des risques qu’ils prenaient en participant à la campagne Je suis séropo, fonceurs, frondeurs, coopératifs et, surtout, restant eux-mêmes, sans artifice. Mais voilà, mes angoisses n’en diminuaient pas moins. Rien n’y faisait, pas même le professionnalisme et l’enthousiasme de tous celles et ceux qui travaillaient à cette campagne.

Je suis séropo fut lancée dans le cadre des activités entourant la Journée mondiale du sida, le 1er décembre 2013. Elle fut très bien accueillie et connut un grand succès. Elle rejoignit des millions de personnes à travers le Québec. Elle toucha, émut, sensibilisa. Elle fut un moment médiatique important dans le milieu du VIH/sida québécois : la voix était donnée à des personnes vivant avec le VIH; elles nous disent qu’elles sont comme nous, nos proches, nos amis, nos collègues de travail, qu’elles ont des ambitions, des désirs, des rêves et, surtout, que C’est le sida qu’il faut exclure, pas les séropositifs.

Ah oui, le lendemain du lancement, je dormis profondément…

René Légaré
Coordonnateur des communications
COCQ-SIDA

 

Comments (2)

Mélina Bernier

Fév 14, 2013 at 1:28

Bravo à René et à toute l’équipe des communications!

Surtout, succès et amour à nos cinq porte-parole! Vous êtes une source d’inspiration pour nous tous et toutes.

Mélina Bernier, COCQ-SIDA.

Reply

Jacques

Mar 13, 2013 at 4:00

Merci Mélina. Continuons le combat, la victoire n’en sera que meilleure.
Jacques.

Reply

Leave a comment