LE VIH N’EST PAS UNE BARRIÈRE ENTRE NOUS

Nous savons tous que le VIH ne se transmet pas dans les activités quotidiennes. Travailler, se lier d’amitié ou habiter avec une personne vivant avec le VIH ne comporte aucun risque de transmission. Pour en connaître davantage sur les risques de transmission dans le cadre d’activités quotidiennes, rendez-vous sur J’pense positif.

Mais qu’en est-il des relations sexuelles ?

Est-ce possible de former un couple avec une personne qui vit avec le VIH ? Peut-on fonder une famille ensemble et vivre heureux, longtemps et en santé ?

La fin du VIH/sida pour 2030 – c’est possible !

L’ONUSIDA a fixé des cibles (90-90-90) qui, si atteintes d’ici 2020, pourraient mettre fin à l’épidémie d’ici 2030 :
  • 90 % de toutes les personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut.
  • 90 % de toutes les personnes diagnostiquées séropositives reçoivent un traitement antirétroviral (TAR) continu.
  • 90 % de toutes les personnes qui prennent un TAR maintiennent une charge virale indétectable.
Au Canada, on établissait en 2016 que nos taux de dépistage-traitement-indétectabilité étaient de 80-76-89. Il reste du travail à faire, mais nous sommes sur la bonne voie !

Une relation à long terme ? Ne t’en prive pas !

Il est possible de former un couple avec une personne qui vit avec le VIH, d’avoir des relations sexuelles ensemble, voire même de fonder une famille et de vivre heureux, longtemps et en santé.

  • Au Québec, l’espérance de vie d’une personne vivant avec le VIH est aussi longue que celle d’une personne non infectée.
  • Le suivi médical et la prise de traitements contre le VIH protègent la santé des personnes vivant avec le VIH.
  • La transmission, c’est du passé : les traitements anti-VIH s’avèrent également très efficaces pour empêcher la transmission du virus.

I = I

l’équation révolutionnaire

La science a réalisé des progrès gigantesques au cours des dernières années.
Depuis plus de 10 ans, diverses études ont démontré que le VIH ne se transmet plus lorsqu’une personne vivant avec le VIH maintient un niveau de VIH indétectable par la prise continue, sans oublier de doses, d’un traitement efficaceCette démonstration permet d’affirmer que :

Indétectable = Intransmissible.

Un niveau de VIH indétectable

signifie que la quantité de virus dans le sang est tellement infime qu’elle ne peut plus être détectée. On appelle cette mesure de la quantité de virus : charge virale.

Pour un soir…

Il existe de nombreuses stratégies qui protègent efficacement contre la transmission du VIH, lorsqu’utilisées correctement.
  • Le condom (externe et interne – aussi appelé condom féminin) reste toujours aussi efficace pour se protéger du VIH. Il l’était au début de l’épidémie, période où le virus n’était pas contrôlé. Il le demeure aujourd’hui dans le contexte où le virus peut être contrôlé par un traitement efficace.
  • Un médicament pour éviter de contracter le VIH est accessible aux personnes qui ne sont pas infectées. La PrEP, de son petit nom, protège même lorsque le condom n’est pas utilisé.
Le condom protège aussi contre les autres ITS (infections transmissibles sexuellement). La PrEP, seule, ne protège pas contre les ITS.

Connaître son statut, c’est se protéger et protéger les autres.

Le test de dépistage du VIH est le moyen le plus efficace pour préserver sa santé et celle de ses partenaires, peu importe son identité de genre, son orientation sexuelle et comment on vit ses relations.

Intégrer le test à sa routine santé permet d’avoir l’heure juste et d’adapter ses stratégies de prévention en fonction du résultat.

Fréquence recommandée pour le dépistage :

Peu importe son orientation, son identité et ses pratiques sexuelles, le test de dépistage au VIH devrait faire partie de sa routine santé, au même titre que le devrait la visite chez le dentiste.

Il faut noter, que certaines personnes font face à un niveau de risque plus grand d’exposition – et d’infection – au VIH.

Pour toutes ces personnes plus à risque, voici nos recommandations sur la fréquence du dépistage lorsqu’elles s’identifient comme :

  • Hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes : au 3 à 6 mois
  • Personnes hétérosexuelles : au moins une fois par année
  • Femmes qui ont des relations sexuelles avec des femmes : au moins une fois par année
  • Personnes trans ou non binaires : au 3 à 6 mois

Pour plus de données sur le risque, consultez la section « Données sur le VIH »

Si vous avez demandé un test de dépistage et qu’il vous a été refusé, nous vous invitons à nous signaler le problème : info@cocqsida.com .

.