Apprendre la confiance en soi

Je m’appelle Benoit Payant. J’ai 37 ans et je vis à Montréal.

Ça fera bientôt 15 ans que je suis séropositif.

En 2006, j’ai commencé à fréquenter la Maison Plein Cœur. Au mois de mai, un intervenant m’a demandé si je voulais m’impliquer en tant que bénévole. J’ai accepté, car je me disais que ce serait une bonne occasion d’avoir un impact positif sur le monde et d’avoir une meilleure confiance en moi.

Au début, j’ai fait partie de l’équipe « VIH des arts » dont le travail était d’obtenir des billets de faveur pour nos usagers, afin qu’ils prennent part à la vie culturelle montréalaise. J’ai occupé ce poste pendant un an. Ça m’a fait grandir et ça m’a apporté beaucoup de joie: je voyais des gens heureux d’aller voir des spectacles qu’ils n’auraient pas pu s’offrir eux-mêmes. Ça m’a aussi permis de développer une certaine assurance, à force de devoir négocier des billets de faveur avec les salles de spectacle.

Ensuite, le directeur de la Maison connaissant mon domaine d’étude, il m’a demandé si je voulais travailler à la réception. Ce n’est pas facile d’être en charge de l’accueil: on est le premier contact des gens qui appellent à l’organisme. Cette tâche demande de bien comprendre les besoins de la personne pour la référer au bon intervenant ou vers une autre ressource.

Tout ce travail à la réception m’a permis d’avoir encore plus confiance en moi. J’ai aussi acquis une facilité à bien cerner les problèmes, ainsi qu’une très bonne écoute.

Je peux dire que ces dix ans (et plus!) de bénévolat à la Maison Plein Cœur ne se sont pas toujours bien passés, mais maintenant je connais mes limites. J’en tire donc un bilan positif: tout ce cheminement m’a permis de mieux accepter ma séropositivité. C’est pourquoi j’ai décidé de devenir porte-parole de la campagne Je suis séropo.

Suite à mon témoignage public, de plus en plus de gens sont venus se confier à moi concernant leur difficulté à bien accepter leur statut sérologique. J’aime répondre aux questions des gens, les mettre à l’aise.

On me demande aussi souvent comment se préparer à dévoiler sa séropositivité. Je réponds de la façon suivante : « tu y vas à ton rythme est c’est un cheminement ». Il faut être prêt à recevoir la réponse de l’autre, qu’elle soit positive ou négative. Dans le fond, il faut se respecter et s’écouter.

Benoit Payant

Ce billet est le dernier d’une série spéciale. Le témoignage de Benoit ainsi que plusieurs autres ont d’abord été publiés dans le numéro 25 de Remaides Québec.

Laisser un commentaire